Failly-Vrémy
Villages lorrains

 

Accueil
Remonter

 

 

Des cartes postales :

 

Jean-Paul Philips, habitant de Servigny-lès- Sainte-Barbe, collectionne les cartes postales sur le canton de Vigy. Interview…

Comment vous est venue l'idée de collectionner les vieilles cartes postales ?

Jean-Paul Philips : natif de Haute-Marne, je me suis installé à Servigny-lès-Sainte-Barbe après mon mariage. J'ai pris beaucoup de plaisir à écouter les anciens. La tradition orale é tait encore bien vivante il y a 25 ans. Au hasard d'une brocante, j'ai dé niché une carte postale ancienne représentant ma rue et ma maison. Le dé clic a alors eu lieu et mes recherches ont dé marré . Peu à peu, la vie des villages qui n'étaient pas les miens m'a captivé . L'histoire locale, le patrimoine, l'héritage d'un monde rural que je voyais s'étioler : tout m'intéressait et devenait matière à questions ou recherches. Et grâce à toutes ses recherches en cartophilie, je possède aujourd'hui plus de huit cent cartes à travers lesquelles on peut voyager et retrouver la vie des ancêtres, revivre certains moments fugitifs de la vie quotidienne et retrouver l'aspect qu'avaient certains lieux autrefois.

Quels sont les thèmes que l'on retrouve le plus souvent dans vos cartes postales?

Les cartes que je possède concernent essentiellement les villages du canton de Vigy. J'ai quelques cartes sur des villages qui le bordent comme Vallières, Vantoux ou Mey. Elles représentent la vie rurale avec les chevaux, les vignes, la cueillette des mirabelles, les anciennes épiceries, les églises, l'ancienne ligne de chemin de fer avec ses gares ses viaduc et son tunnel, les anciens châteaux comme celui de Vrémy dont il reste encore des ruines ou celui de Vry aujourd'hui disparu. J'ai quelques photos de villages après la guerre de 1870, où presque tout avait brûlé . Je possède également des cartes postales de mariages car à l'époque, les mariages ré unissaient plus de 100 personnes pendant huit jours. Mais je collectionne aussi des cartes plus générales avec par exemple des lorrains et des lorraines en costumes.

Mais j'ai également d'autres objets concernant le canton comme par exemple un recensement de 1900 ou des pièces de l'évêché en argent avec lesquelles on pouvait payer dans la contré e en 1592

Où trouvez-vous vos cartes postales ?

Je les trouve en général dans les marché s aux puces, dans les brocantes et chez les libraires. Quelques particuliers m'en ont dé jà donné et j'en ai également trouvé encadré es dans des café s. Chaque photo, chaque carte postale est une anecdote pour moi. Par exemple, j'ai trouvé une carte de Nouilly en un rien de temps à Paris. En descendant de ma voiture sur le quai de la Seine, je suis allé chez le premier vendeur de cartes postales et j'ai trouvé cette carte.

Dans les marché s aux puces, on trouve vraiment de tout. En 1977, j'ai trouvé dans une brocante un livre édité dans les années 50 qui parlait du village de Servigny. Et quelques années plus tard chez un libraire en Charente-Maritime, j'ai découvert le tome deux, dont je niais l'existence. En reliant ces deux tomes, je me suis fait un livre sur la commune. Celui-ci m'a ré conforté dans le sens des recherches puisque tout ou presque y é tait sur Servigny, dont des photos anciennes que je n'avais pas.

Est-ce une collection qui revient cher ?

Le prix des cartes varie beaucoup selon ce qu'elles représentent. Par exemple, La valeur de la carte augmente lorsque le monument n'existe plus. Au dé but du siècle, l'un des plus grands photographes et éditeur était Nels. Il avait un coup d'œil. Il faisait un montage de plusieurs images sur une même carte. Les cottes des cartes sont aujourd'hui basé es sur ses photos. Il y a 20 ans, les cartes postales étaient assez faciles à collectionner car les cartes intéressantes n'étaient pas très chères. Mais aujourd'hui, les belles cartes sont très chères.

Pourquoi s'attacher ainsi aux vieilles traditions ?

Pour mieux comprendre le pré sent et pré parer l'avenir, il faut connaître la passé . Je ne pense pas que l'on puisse différencier la vieille pierre, le passé et la carte : ç a retrace l'histoire locale des gens, de ce qu'ils ont vécu.

Les cartes, les photos sont là pour garder le patrimoine et pour montrer aux jeunes, aux nouvelles générations, ce qui a existé dans le temps.

On peut aussi étudier l'harmonie de la photo et se demander pourquoi les personnes sont pré sentes sur la photo. Les réponses sont retransmises de paroles en paroles.

Comment les villageois se reconnaissent dans ces cartes postales?

Au dé but du siècle, il y avait un théâtre et une fanfare à Servigny. Sur les photos de ces groupes, les anciens reconnaissent leurs parents : ce sont donc les grands-pères des grands-pères des enfants d'aujourd'hui que l'on peut reconnaître.

Vous ont ils rapporté quelques anecdotes ?

Les anciens racontent de nombreuses anecdotes. Mon voisin, qui a 95 ans aujourd'hui, m'a raconté beaucoup de choses sur l'histoire du village. Cet homme est l'ancien boulanger-épicier du village. Les habitants s'approvisionnaient chez lui. Ils m'a dit par exemple que l'ancien instituteur é tait aussi secrétaire de Mairie et jouait de l'harmonium. Mon beau-père me raconte qu'il allait voir le Queulot qui badigeonnait les habitants de Failly avec du Purin et que les gens venaient de Metz, d'Allemagne et de partout pour assister à ce spectacle.

Et aujourd'hui, comment continuer à garder les traditions ?

M. Pianezzola, maire de Servigny, tout comme son prédécesseur, décédé aujourd'hui, est pour garder le patrimoine du village. Le 'village rue' est encore pré sent et les fils électriques sont encastré s sous les chenaux. On revoit le village comme on peut le voir sur les cartes anciennes, sans poteaux. C'est aussi un souci d'esthétique.

Moi même, j'ai une maison de vigneron. J'ai bien entendu gardé la porte ancienne de ma maison et j'a fait gravé des grappes de raisins sur la poutre supérieure de cette porte. La carte postale a un lien direct avec ton comportement de tous les jours. Tu es respectueux de certains choses parce que tu te dis si la pierre là est comme là , c'est pour telle ou telle raison ! Par exemple, les pierres qui ressortent des murs dans certaines anciennes maisons ne sont pas là pour rien : c'est lorsque le propriétaire donnait un coup à boire au maçon que celui-ci faisait ressortir une pierre.

Aujourd'hui, on protège le patrimoine. Dans le temps, on ne le faisait point.

Je fabrique des propres cartes postales à partir de photos que je prends de mon village et des villages environnants. Elles représentent par exemple la mirabelle, qu'il n'y en aura presque plus dans 20 ans. Le troisième millénaire va arriver à gommer toutes les anciennes traditions. Je garde également des cartes actuelles de la Moselle, qui pourront resservir dans plusieurs années aux gens.

Ou et quand peut on voir vos cartes ?

J'ai mis mes cartes postales en diapositives afin de les montrer aux anciens du village. La projection a duré des heures et des heures car c'est tout leur passé , c'est leur vie. Souvent, les gens me disent qu'ils ne connaissaient pas ceci, qu'ils ne savaient pas qu'il y avait cela… J'expose aussi mes cartes au profit de Noël de Joie mais aussi lors d'inaugurations de mairies ou de salles des fêtes..

 

ARTICLE ÉCRIT PAR Anthony Thiriet

 

 

   

Site réalisé par Anthony Thiriet, étudiant demeurant à Vrémy et conseiller municipal depuis mars 2001. Pour toute reproduction, merci de me prévenir par e-mail.
Question, problème, suggestion, information à ajouter ou critique concernant ce site ? Vous désirez plus de renseignements ? N'hésitez pas à envoyer un e-mail en cliquant ici.

Nombre de visiteurs du 1er novembre 98 au 8 septembre 2000 :     2982
Nombre de visiteurs depuis le 12 février 2001 :